2.04.19

Cham Longe, vie commune entre éolien et territoire

Le parc éolien de Cham Longe du haut de ses 1497 mètres d’altitude est le plus haut de France. Une altitude qui n’a pas que des avantages. Si le parc éolien offre aux randonneurs et gens de passage une vue imprenable sur le Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche, il est également confronté à des conditions météorologiques que l’on peut qualifier d’extrêmes. Foudre, givre, un climat cénévol parfois difficile et une forte production électrique sont autant de paramètres qui font que le parc éolien vieillit plus vite que les autres.

Ainsi du fait de ces paramètres, après presque 15 années d’exploitation (le parc éolien a été mis en service en 2005 ndlr) et afin de permettre au parc d’atteindre sa durée de vie nominale, Boralex aurait dû mettre en oeuvre une opération de maintenance pour prolonger sa durée de vie de cinq à sept années supplémentaires. Nous parlons ici d’une opération de maintenance globale qui aurait consisté en une série d’opérations d’envergure telles que le remplacement de certaines pales, celui de la boite de vitesse ou d’autres pièces lourdes. Autrement dit, d’importants travaux et investissements sur un parc qui pourrait tout aussi bien être optimisé avec les technologies actuelles.

En effet, depuis la mise en service de Cham Longe, la filière éolienne a fortement évolué. Les machines sont aujourd’hui, d’un point de vue technologique, au-dessus de tout ce qui pouvait se faire au milieu des années 2000. La nouvelle génération est capable de supporter des facteurs de charge beaucoup plus importants ainsi que de mettre en avant des caractéristiques innovantes dès leur mise en service (Pales chauffantes contre le givre, technologie sans boite de vitesse pour des éoliennes plus robustes, systèmes réducteurs d’émissions sonores installés sur les pales…) permettant de faire face aux conditions spécifiques d’un emplacement donné.

Boralex s’est donc penchée sur la possibilité de renouveler complètement les 12 premières éoliennes du parc éolien de Cham Longe, projet qui a très vite montré son très fort potentiel à la fois pour le territoire et en matière d’efficience énergétique. En effet, une fois sur de bons rails ce projet de renouvellement permettrait non seulement d’optimiser le parc éolien mais aussi de repartir pour une nouvelle durée d’exploitation de 20 ans.

Sur la période 2018 – 2020, voire 2021 en fonction des aléas, les 12 premières éoliennes seront donc entièrement démantelées, fondations comprises, puis remplacées par autant de machines 20% plus hautes, mais plus performantes et dotées d’équipements de pointe leur permettant de fonctionner pleinement en toutes circonstances. Tandis que les anciennes machines pourront être en partie recyclées ou revalorisées dans le centre de maintenance de Boralex à Chaspuzac près du Puy-en-Velay.

Une chose est sûre, ce projet a une finalité porteuse d’avantages pour son exploitant, Boralex, mais également pour le territoire d’accueil. On le disait plus haut, cela fait maintenant 15 ans que les communes de Saint-Etienne-de-Lugdarès et de Astet en Ardèche se sont appropriées la question de la transition énergétique. Aux côtés de Boralex, elles ont fait du parc éolien un véritable projet de territoire porteur d’apport bénéfique pour leur développement respectif, notamment au niveau des services. Projet dont le renouveau va permettre aux communes de se projeter durablement sur un nouveau cycle.

Partager